San Yue Jie ou le festival du 3e mois lunaire

Le festival de San Yue Jie est célébré tous les ans du 15 au 20e jour du 3e mois lunaire.

En 1991, la préfecture autonome de Dali a proclamé San Yue Jie comme festival national. Cela a été approuvé par le gouvernement car ce festival conserve vivante la culture et les traditions de la minorité ethnique Bai et promeut le développement économique régional.

Son origine est tiré d’une légende (8e siècle) du peuple Bai :
A la fin de la dynastie Sui (589-618) et le début de l’ère des Tang (618-907), un démon appelé Luosha (ou Raksasa) faisait régner la terreur sur Dali. Il se nourrissait d’yeux et de chair humaine et la population souffrait énormément. Le 15e jour du 3e mois lunaire, la proctectrice des Bai, Guanyin, arrêta ce démon malfaisant au pied du mont Zhonghe de la chaîne montagneuse Cangshan, à l’ouest de la ville de Dali.

Depuis cette époque, le peuple Bai s’y rassemble le 15e jour du 3e mois lunaire, pour honorer leur protectrice Guanyin.
Ce qui au début ne constituait qu’une célébration religieuse, est devenu au cours des siècles et du développement du commerce, un
grand festival, connu dans toute la Chine et les pays limitrophes. Cela est dû au fait que Dali a toujours été un carrefour stratégique sur les routes commerçantes venant d’Afghanistan, d’Inde, du Tibet ( sel, thé, coton, épices, chevaux…). La situation géographique de Dali constitua déjà un objet de convoitise pour le premier Empereur de Chine Wudi (dynastie des Han , 202 av. J.-C. – 220 ap. J.-C.) qui décida d’établir une route vers le Yunnan pour étendre son royaume, et ainsi accéder aux produits exotiques venant de l’ouest.

Lors du festival, on peut assister aux danses traditionnelles Bai, concerts traditionnels, pièces de théâtre, courses de chevaux dans
l’hippodrome de Dali ou courses de bateaux sur le lac, représentations d’arts martiaux, tirs à l’arc,… et pour les plus courageux, flâner (en se frayant un chemin parmi la foule) sur le marché qui s’étend sur des centaines de mètres dans la rue qui porte le nom du festival.

Le marché en plein air attire des marchands et des artisans de tous les coins d’Asie (Tibet, Inde, Birmanie, Vietnam,… et bien sûr Chine). On y trouve : spécialités culinaires, thés, médicaments, cosmétiques, vêtements traditionnels, antiquités, instruments de musique traditionnels, chevaux, … il y en a pour tous les goûts et des milliers de visiteurs viennent y faire de bonnes affaires.